L’univers de FCA Heritage
Tout sur le département qui valorise le patrimoine historique d’Alfa Romeo, de Fiat, de Lancia et d’Abarth.
L’histoire de nos voitures et de nos marques
La passion pour les voitures classiques n’a pas de frontières, mais il existe certains lieux suspendus dans le temps qui préservent l’essence de cette passion : ceux de FCA Heritage.
Centre Historique Fiat
Heritage HUB
Officine Classiche
Museo Alfa Romeo
Heritage Gallery
Heritage Point
Un univers fait de grands événements internationaux
Participer aux principaux événements du secteur est une occasion incontournable d’admirer de près les voitures légendaires qui ont marqué des générations de fans.
Derniers évènements:
En ligne |
5-8 juin 2020
Archivissima
Le festival national des archives.
Paris (FR) |
5-9 février 2020
Rétromobile
Le Salon parisien consacré aux voitures classiques.
Les histoires Heritage
Nous racontons un siècle de technique, de style, de compétition et de performance. Nous racontons notre histoire et la vôtre.
Les dernières histoires:
Fiat 127
La révolution avant.
Lancia Flavia
La révolution « tout en avant » d’Antonio Fessia
Je vous raconte le Raid des 2 Caps
Il y a un demi-siècle, trois Fiat 124 Special traversaient le monde
L’univers de FCA Heritage est en constante évolution
Tenez-vous informés des dernières nouvelles, ne ratez pas les partenariats les plus récents et découvrez ce qui se passe en coulisse grâce aux anecdotes des employés.
Les dernières nouvelles
29 janvier 2021
Musée Alfa Romeo
L’activité recommence, pour l’instant de manière virtuelle, avec un calendrier de rendez-vous mensuels.
13 novembre 2020
Une nouvelle jeunesse pour les ateliers « Officine Classiche »
Un look moderne pour les ateliers de certification et de restauration, fer de lance de FCA Heritage.
Découvrez nos clubs de marque et de modèle dans le monde
Utilisez notre locator pour trouver les clubs par marque et modèle les plus proches.
L’histoire de quatre grandes marques de l’automobile italienne
Des modèles les plus représentatifs aux personnalités qui ont multiplié les victoires et révolutionné le secteur, sans oublier les événements marquants, cette section raconte et célèbre les piliers d’Alfa Romeo, de Fiat, de Lancia et d’Abarth.
À partir aujourd’hui, votre passion peut compter sur une équipe d’excellence
Certificat d’origine, certificat d’authenticité, restauration. Pour préserver le charme intemporel de votre voiture.
La boutique du classique
Entrez dans un monde de passion. Une large gamme de produits proposés par FCA Heritage pour nourrir votre amour éternel.
Back

Alfa Romeo Tipo 33/3 Le Mans

La 33 avec le V8 de 3 litres

Avec la naissance d’Autodelta de l’ingénieur Chiti dans les années 60, l’engagement sportif d’Alfa Romeo retrouve les sommets, jusqu’au Championnat du monde des voitures de sport.


En 1951, Alfa Romeo quitte la Formule 1 pour concentrer tous ses efforts économiques sur la production en série. Mais le tempérament sportif bouillonnait encore tant dans les voitures que chez les hommes du constructeur. Ainsi, en 1964, le département Conception, dirigé par Orazio Satta Puliga et Giuseppe Busso, souhaite construire une voiture de compétition pour courir dans la catégorie sport-prototype. Ces années-là, le Championnat sport-prototype est très suivi par le public et y participer peut donc constituer un bon investissement publicitaire. 

Les prémisses du développement des mythiques Alfa Romeo 33 commencent dans la province d’Udine, où une petite entreprise fabrique pour Alfa Romeo les Giulia TZ. Le volcanique ingénieur Carlo Chiti, qui par le passé a travaillé pour Alfa et Ferrari, prend la tête de ce qui deviendra Autodelta. Le développement des relations avec le constructeur du Biscione pousse Autodelta à s’établir à Settimo Milanese, près du quartier général d’Alfa Romeo. Alfa décide en effet de confier à Autodelta la réalisation de la Giulia GTA et achète par la suite l’entreprise de Carlo Chiti qui devient le département courses officiel pour la conception et la gestion des voitures de compétition. 

Au cours de l’hiver 1965, un prototype de voiture de sport à moteur arrière tourne sur le circuit d’Alfa Romeo à Balocco : le moteur est l’évolution du mythique double arbre à cames 1600 cm3 de la TZ2. Le développement de ce prototype donnera naissance à l’Alfa Romeo Scarabeo de Giuseppe Busso. Avec l’acquisition d’Autodelta, le projet initial de Satta et Busso passe entre les mains de Carlo Chiti. L’hiver suivant la « Tipo 33 » d’Autodelta commence à arborer ses aspects techniques définitifs : du châssis inédit en « H » au nouveau moteur 8 cylindres en V de deux litres qui développe 270 chevaux.

Le début gagnant a lieu le 12 mars 1967 lors de la course de côte de Fléron en Belgique : la nouvelle Alfa Romeo 33, baptisée « Periscopica » en raison de la prise d’air dynamique derrière le pilote, obtient la première place, devançant des voitures de catégories supérieures et beaucoup plus puissantes. La nouvelle Alfa Romeo 33 est magistralement conduite par le pilote d’essai Teodoro Zeccoli, qui suivra avec passion et implication l’évolution et le développement des 33. En 1968, les 33/2 (le 2 du sigle indique la cylindrée en litres) participent au Championnat du monde des voitures de sport, obtenant victoires et places de choix dans les exténuantes courses d’endurance : le mémorable triplé dans la catégorie 2 litres aux 24 heures de Daytona donne son nom à la voiture exposée au Musée Historique d’Alfa Romeo à Arese et qui fonctionnent encore parfaitement aujourd’hui, l’Alfa Romeo Tipo 33/2 Daytona.

Alfa Romeo 33/3 "Le Mans"
Alfa Romeo 33/3 "Le Mans"
ENGINE
V8 Otto cycle, central/posterior longitudinal 2998 cc
POWER
400 HP @ 9000 rpm
SPEED
310 km/h
WEIGHT
700 kg
DESIGN
Autodelta
TYPE OF BODY
Spider (sports car for the World Sportscars Championship)

La cylindrée du moteur V8 des Alfa Romeo 33 augmente, passant de 2 à 3 litres, mais la consécration définitive dans le Championnat du monde des voitures de sport arrive en 1975 avec la 33 TT 12, équipée du 12 cylindres à 500 chevaux.


Comme dit le proverbe, l’appétit vient en mangeant, et la direction d’Alfa Romeo ne se contente plus des victoires de catégorie. Pour viser la victoire au classement général, la 33 est repensée : un nouveau châssis avec structure en caisson d’inspiration aéronautique, le moteur V8 avec cylindrée qui passe à 3 litres pour distribuer 400 chevaux, une nouvelle boîte de vitesses à 6 rapports. C’est ainsi que naît en 1969 l’Alfa Romeo Tipo 33/3. La voiture change souvent de configuration grâce aux carrosseries légères en fibre de verre qui s’adaptent à chaque compétition : les différentes formes de la partie arrière (appelées en jargon queue longue ou courte) suivent les besoins aérodynamiques des différents tracés, tout comme les nez et les spoilers avant.

Lors de la saison 1970, quatre 33/3 participent aux 24 Heures du Mans : les quatre voitures officielles alignées par Autodelta sont rouges (la couleur traditionnelle des voitures de course italiennes), mais leur avant est peint dans des tonalités différentes pour être immédiatement reconnaissables, même de loin depuis les stands : jaune pour la n°35 pilotée par Nanni Galli et Rolf Stommelen ; blanche pour la n°36 de De Adamich-Courage (le splendide exemplaire conservé au Musée Historique Alfa Romeo d’Arese) ; bleue pour la n°37 de Hezemans-Gregory et toute rouge pour la n°38 de Zeccoli-Facetti. Cette course restera dans les mémoires notamment grâce aux scènes du mythique film documentaire « Le Mans », interprété par un jeune Steve McQueen. En octobre, lors des 1000 km de Zeltweg en Autriche, De Adamich - Pescarolo remportent leur catégorie et se classent deuxièmes au classement général.

Les qualités du projet font définitivement mouche en 1971 : les Alfa Romeo Tipo 33/3 comblent les pilotes, Autodelta et les dirigeants d’Alfa. La puissance atteint les 420 chevaux, la boîte de vitesses retrouve ses 5 rapports, contribuant ainsi à diminuer le poids total de la voiture. En diverses occasions, l’agile Alfa Romeo 33/3 a raison de voitures bien plus puissantes : comme aux 1000 km de Brands Hatch avec De Adamich-Pescarolo ; encore De Adamich, avec Peterson, aux 6 heures de Watkins Glen ; jusqu’à la grande satisfaction du doublé à la Targa Florio avec Vaccarella-Hezemans qui devancent De Adamich-Van Lennep. Aux éclatants résultats européens viennent s’ajouter les nombreuses victoires dans les courses de côte, où comptent la puissance, l’agilité et la légèreté : des qualités dont dispose la 33 en abondance et qui permettent au pilote d’utiliser dès le début tout le potentiel de la voiture.

L’Alfa Romeo atteint le triomphe absolu lors de la saison 1975 quand elle remporte le Championnat du monde des voitures de sport, s’adjugeant sept des huit courses comptant pour le classement final. Les bases de la victoire avaient déjà été posées avec le triplé lors des 1000 km de Monza en 1974. La voiture star est l’Alfa Romeo 33 TT 12 : elle présente un châssis tubulaire (d’où le sigle TT, Telaio Tubolare) en alliage d’aluminium et un moteur à 12 cylindres opposés, avec une cylindrée de trois litres et 500 chevaux de puissance maximale, qui sera également utilisé par Alfa Romeo en Formule 1 en 1979. Les principaux protagonistes au volant sont des grands pilotes : Arturo Merzario, Nino Vaccarella, Jochen Mass, Jaques Laffite et Henri Pescarolo.

Restez informé des nouveautés, événements, approfondissements du monde Heritage.