L’univers de Heritage
Tout sur le département qui valorise le patrimoine historique d’Alfa Romeo, de Fiat, de Lancia et d’Abarth.
L’histoire de nos voitures et de nos marques
La passion pour les voitures classiques n’a pas de frontières, mais il existe certains lieux suspendus dans le temps qui préservent l’essence de cette passion : ceux de Heritage.
Centre Historique Fiat
Heritage HUB
Officine Classiche
Museo Alfa Romeo
Heritage Gallery
Heritage Point
Un univers fait de grands événements internationaux
Participer aux principaux événements du secteur est une occasion incontournable d’admirer de près les voitures légendaires qui ont marqué des générations de fans.
Derniers évènements:
Bologna (IT) |
26 - 29 octobre 2023
Auto e Moto d’Epoca 2023
Stellantis Heritage protagoniste au salon Auto e Moto d’Epoca
Rho (MI) |
17 - 19 novembre 2023
Milano AutoClassica 2023
Le début de la Fiat Multipla 6x6 et l’hommage à Autodelta
Les histoires Heritage
Nous racontons un siècle de technique, de style, de compétition et de performance. Nous racontons notre histoire et la vôtre.
Les dernières histoires:
CURIOSITÉS
Certaines connexions créent de grandes histoires.
Fiat-Abarth 850 TC et Fiat-Abarth 1000 Berlina
Les transformations Abarth des Fiat 600
Fiat 600
La familiale idéale
L’univers de Heritage est en constante évolution
Tenez-vous informés des dernières nouvelles, ne ratez pas les partenariats les plus récents et découvrez ce qui se passe en coulisse grâce aux anecdotes des employés.
Les dernières nouvelles
Turin, le 27 mars 2024
Heritage Hub
Une exposition suggestive pour célébrer les 75 ans d’Abarth
02 Octobre 2023
Heritage célèbre les trente ans de la mythique Fiat Punto
Produite en plus de neuf millions d’exemplaires en trois générations, cette petite citadine qui a dominé le segment B pendant 25 ans, est à l’origine de nouveaux standards dans le domaine du design, de la sécurité et de du confort.
Découvrez nos clubs de marque et de modèle dans le monde
Utilisez notre locator pour trouver les clubs par marque et modèle les plus proches.
L’histoire de quatre grandes marques de l’automobile italienne
Des modèles les plus représentatifs aux personnalités qui ont multiplié les victoires et révolutionné le secteur, sans oublier les événements marquants, cette section raconte et célèbre les piliers d’Alfa Romeo, de Fiat, de Lancia et d’Abarth.
À partir aujourd’hui, votre passion peut compter sur une équipe d’excellence
Certificat d’origine, certificat d’authenticité, restauration. Pour préserver le charme intemporel de votre voiture.
La boutique du classique
Entrez dans un monde de passion. Une large gamme de produits proposés par Heritage pour nourrir votre amour éternel.
Voitures à vendre
Reloaded by creators est le projet Heritage qui prévoit la vente d’un nombre limité de voitures classiques des marques Alfa Romeo, Fiat, Lancia, Abarth : des modèles historiques à l’authenticité certifiée et ramenés à leur beauté d’origine directement par leur maison mère.
Back

Fiat Coupé

Un nouveau style pour une sportivité retrouvée.

Au début des années 90, Fiat agrandit et différencie sa gamme : c’est ainsi que naissent des voitures sportives à la forte personnalité et fonctionnalité, dessinées par le Centre de style Fiat, se basant de manière synergique sur les plateformes existantes. Parmi elles, la Fiat Coupé.


Les années 90 sont un moment clé pour Fiat qui connaît une effervescence créative très forte sous la direction de Paolo Cantarella. L’ingénieur piémontais pousse l’entreprise à différencier davantage la production. Pour ce faire, il renforce le Centre de style Fiat en le mettant entre les mains de l’architecte Ermanno Cressoni, déjà responsable du design Alfa Romeo avant de rejoindre Turin. C’est ainsi que naît une équipe qui proposera des voitures de tout genre : des berlines traditionnelles aux modèles multispace originaux, sans oublier de brillantes sportives coupé et spider.

Pour avoir une photographie de ce noyau créatif, nous avons recueilli le témoignage du designer Roberto Giolito, qui venait alors de rejoindre l’équipe et qui est aujourd’hui responsable de Stellantis Heritage. 
« On peut faire l’hypothèse que le Centre de style Fiat soit réellement né à ce moment précis », déclare Giolito, « après avoir quitté son quartier général se trouvant auprès de l’historique carrosserie Boano, pour devenir une réalité vibrante et multinationale, avec un rôle toujours plus important au sein de l’entreprise. » 
L’équipe, gérée par Ermanno Cressoni, unit l’esprit novateur des Américains Chris Bangle et Mike Robinson avec la créativité du Grec Andreas Zapatinas, sans oublier les jeunes talents italiens comme Giolito lui-même.

Les idées de chacun sont mises en valeur, mais le travail final est toujours l’œuvre d’une équipe unie. La créativité est sans aucun doute innovante, parfois même anticonformiste, mais toujours extrêmement bénéfique et fonctionnelle : les choix n’ont pas seulement un objectif esthétique, ils naissent également du besoin d’améliorer l’ergonomie et l’efficacité globale de la voiture. Les premiers ordinateurs font leur apparition et viennent soutenir l’activité. Mais on travaille encore selon le modelage traditionnel, en façonnant la pâte à modeler ou en construisant à la main des modèles en plâtre à l’échelle 1/1. Giolito définit ce processus de « digital-manual », car il se base également sur des plans de forme ébauchés à l’aide de calculateurs.

C’est dans ce contexte que le groupe conduit par Chris Bangle, sous la supervision d’Ermanno Cressoni, donne naissance à la Fiat Coupé. La voiture présente des formes innovantes tout en étant capable d’économie industrielle : la voiture d’origine est construite sur une plateforme « Tipo 2 » qui a déjà prouvé sa polyvalence dans le segment C avec les Fiat Tipo et Tempra, mais aussi avec la Lancia Dedra et l’Alfa Romeo 155.

Les lignes sont inédites et affichent un esprit très avant-gardiste, à partir du capot-moteur qui s’étire jusqu’à se transformer en pare-boue : cette solution originale est surnommée cofango (contraction de cofano (capot) et de parafango (pare-boue).

Les côtés sont hauts, tout comme la troisième partie courte qui se termine par un arrière tronqué. Ce dernier est renforcé par les nervures délimitant les pare-boue arrière, qui suivent l’inclinaison tracée par le cofango dont le sillon se prolonge sur une partie de la portière. Les surfaces vitrées renferment un habitacle quatre places, bien plus grand qu’il n’y paraît : le pare-brise est sportif et très incliné, tandis que les « vitres » latérales soulignent le dynamisme des « rayures » inclinées sur les pare-boue. La lunette se greffe sur le coffre, créant une silhouette typiquement 3 volumes, caractérisée à l’arrière par des doubles feux ronds et encastrés.

L’originalité des nouveaux traits s’unit à des détails suggestifs, inspirés des courses et qui renforcent le caractère sportif : de l’agressive prise d’air avant à la trappe d’essence apparente en métal, avec fermeture de sécurité rapide, des phares avant à double bulle aux quatre feux arrière ronds. À l’intérieur, la planche de bord est rehaussée d’un bandeau transversal assorti à la carrosserie qui évoque les modèles sportifs du passé, dotés d’un tableau de bord peint dans la même couleur que la carrosserie. Sans oublier le soin porté à l’aérodynamique, souligné par la réduction prononcée du cofango et par les poignées de portes « noyées » dans le montant.

Giolito raconte une anecdote survenue au cours de la présentation du prototype final aux responsables de l’entreprise. Concernant le carénage ondulé des projecteurs, quelqu’un note qu’il ne permet pas d’installer des essuie-glaces de phares. L’architecte Cressoni répond de manière éloquente, en sortant de sa poche un chiffon avec lequel il caresse la transparence, accompagnant son geste de cette phrase : « Ils se nettoient avec amour ». Les carénages protégeant les projecteurs sont conservés, enrichissant encore un peu plus l’originalité du cofango.

Présentée en 1993, la Fiat Coupé entre en production l’année suivante et prouve qu’elle est une brillante sportive à la mécanique raffinée en constante évolution. Originale et légèrement effrontée, tant dans ses traits que dans ses couleurs, elle ne passe pas inaperçue et offre des performances qui ne laissent pas indifférents.


La présentation officielle a lieu au Salon automobile de Bruxelles de 1993, mais la production commencera l’année suivante : l’assemblage est confié à Pininarina qui s’occupe déjà de l’intérieur. Au lancement, un seul moteur est prévu : 2.0 i.e. turbo 16V, dernière évolution suralimentée du glorieux « double arbre Lampredi », couplé à un embrayage manuel 5 vitesses qui envoie le mouvement aux roues avant à travers un différentiel sportif à visco-coupleur « Viscodrive ».

La discontinuité entre la Fiat 128 Coupé, dont la production s’est arrêtée en 1980, et la dernière-née est au cœur du spot publicitaire dont le slogan est : « La Coupé est de retour ». La vidéo met en avant la couleur de lancement, un jaune pastel qui deviendra la tonalité caractéristique et distinctive. Mais elle n’est pas la seule couleur : le bouquet de tonalités proposées comprend d’autres nuances non métallisées comme le bleu ciel et un rouge plus traditionnel.

Le spot est diffusé quand la version Turbo est déjà accompagnée de la version avec moteur atmosphérique deux litres, distribuant respectivement 195 ch pour 225 km/h et 142 ch pour 208 km/h. Deux aménagements, Comfort et Plus, sont proposés : le premier avec des jantes 15’’ et le second des jantes en alliage 16’’, une sellerie en cuir et l’air conditionné.

Au printemps 1996 au salon de Turin, la gamme renouvelle uniquement sa mécanique : le 4 cylindres deux litres est remplacé, dans la version atmosphérique comme celle Turbo, par une unité 5 cylindres 20 soupapes. Le sophistiqué moteur « Pratola Serra » (nom qui dérive de la ville dans laquelle se trouve l’usine de production) est doté d’un arbre d’équilibrage contrarotatif, d’une distribution variable et de bobines d’allumage simples. La version la plus performante (turbo) atteint les 220 ch, tandis que la vitesse maximale déclarée est de 250 km/h : elle devient ainsi la sportive Fiat la plus rapide de l’époque.

Pour élargir la gamme, le moteur 1,8 litre est proposé, avec un variateur de phase déjà monté sur la Fiat Barchetta, pour 131 ch et une vitesse maximale de 205 km/h. La Fiat Coupé 1.8 i.e. 16V est proposée sans différentiel à visco-coupleur et seulement dans la version de base pour proposer au catalogue un modèle avec un prix de départ inférieur.

Pour compenser l’augmentation de puissance des versions deux litres, les suspensions sont adaptées et le système de freinage renforcé avec de nouvelles pinces signées Brembo. Avec la « Limited Edition » de 1998, réservée à la version turbo, l’embrayage est renouvelé avec 6 rapports et un espacement plus court : il sera ensuite monté sur toutes les turbo et la série limitée rebaptisée « Turbo Plus ».

Produite à plus de 70 000 exemplaires, la Fiat Coupé restera au catalogue jusqu’en 2000, proposant aux marchés italien et étranger une sportive avec des lignes originales qui sortent des sentiers battus et des performances qui ne laissent pas indifférents. Facile à conduire, mais équipée d’une mécanique toujours plus raffinée, elle sera pendant des années le symbole de l’interprétation par Fiat du concept de sportivité.

Restez informé des nouveautés, événements, approfondissements du monde Heritage.