L’univers de Heritage
Tout sur le département qui valorise le patrimoine historique d’Alfa Romeo, de Fiat, de Lancia et d’Abarth.
L’histoire de nos voitures et de nos marques
La passion pour les voitures classiques n’a pas de frontières, mais il existe certains lieux suspendus dans le temps qui préservent l’essence de cette passion : ceux de Heritage.
Centre Historique Fiat
Heritage HUB
Officine Classiche
Museo Alfa Romeo
Heritage Gallery
Heritage Point
Un univers fait de grands événements internationaux
Participer aux principaux événements du secteur est une occasion incontournable d’admirer de près les voitures légendaires qui ont marqué des générations de fans.
Derniers évènements:
Italie |
13-17 juin 2023
1000 Miglia
L'histoire qui fait son spectacle
Rho (MI) |
18 - 20 novembre 2022
Milano AutoClassica 2022
Heritage présente l’Abarth Classiche 500 Record Monza ‘58 pour le centenaire du circuit de Monza.
Les histoires Heritage
Nous racontons un siècle de technique, de style, de compétition et de performance. Nous racontons notre histoire et la vôtre.
Les dernières histoires:
CURIOSITÉS
Certaines connexions créent de grandes histoires.
Lancia Thema
Élégance, luxe et performances
Lancia Beta HPE
De Estate à Executive.
L’univers de Heritage est en constante évolution
Tenez-vous informés des dernières nouvelles, ne ratez pas les partenariats les plus récents et découvrez ce qui se passe en coulisse grâce aux anecdotes des employés.
Les dernières nouvelles
02 Octobre 2023
Heritage célèbre les trente ans de la mythique Fiat Punto
Produite en plus de neuf millions d’exemplaires en trois générations, cette petite citadine qui a dominé le segment B pendant 25 ans, est à l’origine de nouveaux standards dans le domaine du design, de la sécurité et de du confort.
Turin, le 29 septembre 2023
Soixante ans de pure adrénaline : l’histoire de l’Abarth 595"
Petite, mais « agressive », l’Abarth qui a changé pour toujours les règles du jeu.
Découvrez nos clubs de marque et de modèle dans le monde
Utilisez notre locator pour trouver les clubs par marque et modèle les plus proches.
L’histoire de quatre grandes marques de l’automobile italienne
Des modèles les plus représentatifs aux personnalités qui ont multiplié les victoires et révolutionné le secteur, sans oublier les événements marquants, cette section raconte et célèbre les piliers d’Alfa Romeo, de Fiat, de Lancia et d’Abarth.
À partir aujourd’hui, votre passion peut compter sur une équipe d’excellence
Certificat d’origine, certificat d’authenticité, restauration. Pour préserver le charme intemporel de votre voiture.
La boutique du classique
Entrez dans un monde de passion. Une large gamme de produits proposés par Heritage pour nourrir votre amour éternel.
Voitures à vendre
Reloaded by creators est le projet Heritage qui prévoit la vente d’un nombre limité de voitures classiques des marques Alfa Romeo, Fiat, Lancia, Abarth : des modèles historiques à l’authenticité certifiée et ramenés à leur beauté d’origine directement par leur maison mère.
Back

Lancia Beta HPE

De Estate à Executive.

Pour accompagner la berline, la coupé et la spider déjà en production, une originale coupé trois portes, dotée d’un grand coffre et adaptée aux familles, voit le jour en 1975 : Lancia Beta HPE, High Performance Estate, c’est-à-dire une familiale hautes performances qu’on appellerait aujourd’hui shooting brake (break de chasse).


La dénomination shooting brake naît pour les automobiles entre les années 50 et 60 dans les pays anglophones, notamment au Royaume-Uni. Elle est utilisée pour identifier des voitures aux performances sportives, mais équipées d’un grand compartiment de chargement facilement accessible, notamment apprécié par les golfeurs pour ranger leur équipement. Le nom se réfère à l’utilisation, à l’époque des calèches, des chevaux les plus fougueux pour tirer des charges lourdes, ce qui freinait (brake signifie frein en anglais) leur enthousiasme excessif. Dernièrement, le terme a fait son retour pour décrire des voitures sportives, basses et filantes, mais dotées d’un pratique hayon d’accès au grand coffre.

Au début des années 70, la Lancia Beta est le premier modèle à naître après le passage dans l’orbite Fiat. La berline deux volumes, dessinée par le Centre de style Fiat, fait ses débuts au salon de Turin en novembre 1972, suivie l’année d’après par la Beta Coupé, qui présente un empattement plus court, conçue par Piero Castagnero, père de la Fulvia Coupé, victorieuse aussi bien en rallye que chez les concessionnaires La famille Beta a la difficile tâche de remplacer la gamme Fulvia encore en production et qui, surfant sur la vague de l’inattendue victoire au Rallye de Monte-Carlo en janvier 1972, restera en production dans la version coupé jusqu’en 1976.

La famille Beta est dotée d’un châssis moderne, avec des suspensions de type MacPherson à quatre roues indépendantes, habituellement utilisées uniquement pour l’essieu avant. La traction est activée par des moteurs d’origine Fiat, suivant l’architecture du glorieux « double arbre Lampredi » qui équipe les Fiat 124 sportives et les 125, bientôt remplacées par les nouvelles 132. Les versions Lancia des moteurs sont revisitées pour améliorer la puissance et faire une distinction claire entre les deux marques, notamment au niveau de la technique, de l’esthétique, des équipements et des finitions.

En 1974, Pininfarina crée, à partir de la coupé, une version Targa, appelée Spider, produite ensuite par Zagato. Pour réaliser la HPE, le carrossier turinois prend le plancher plus long de la berline et toute la partie avant de la coupé jusqu’aux portières. À partir de là, il modifie l’allure de la vitre latérale arrière, qui remonte légèrement, et le montant arrière qui prolonge le toit et dessine un trapèze suivant l’inclination du grand hayon. C’est cet élément qui caractérise le Beta : un peu coupé, un peu familiale. Le hayon, rattaché au toit, arbore un cadre fin qui s’élargit pour terminer à la hauteur de la ceinture de caisse, formant un semblant de spoiler. La grande lunette se distingue à l’intérieur par une structure inspirée des stores vénitiens, qui filtre et protège le contenu du coffre de la lumière. Le motif du store vénitien est repris à l’extérieur jusqu’au 3/4 du montant arrière.


À l’intérieur, le tableau de bord et les sièges avant sont repris de la coupé, tandis que la partie arrière diffère de la berline et de la coupé. La banquette est divisée au centre, au niveau de l’assise et du dossier, permettant de rabattre chaque élément. Une partie du dossier, qui se prolonge dans une légère courbure latérale, reste attachée au côté. Les deux assises rabattues forment un plan unique avec la partie arrière du coffre. Ce système modulable permet de placer de longs chargements sur un côté et d’accueillir encore trois personnes, conducteur compris, tandis qu’en avançant les sièges avant et en enlevant les dossiers, il est possible de prolonger le coffre pour créer un confortable lit pour deux personnes.

Le résultat est une coupé très originale, avec la capacité de chargement d’un break, élégante et sportive, comme le veut la tradition Lancia, avec en plus ce caractère modulable qui sera ensuite seulement reproposé sur des voitures multispace.

Présentée au Salon de Genève en mars 1975, la Beta HPE évolue au fil des ans en berline, coupé et spider. En 1981, la quatrième série voit le jour, caractérisée par une connotation la plus sportive, à commencer par le sigle H.P. Executive. Depuis 1983, le fer de lance est le moteur de 135 ch, doté d’un compresseur volumétrique.


La première version de 1975 est déclinée avec deux motorisations : 1,6 et 1,8 litre avec des puissances respectivement de 103 et 111 ch. Toute la famille Beta, y compris la dernière-née HPE, se renouvelle en décembre de la même année : quelques détails changent, comme la calandre et les rétroviseurs extérieurs ainsi que tous les revêtements de l’habitacle, mais surtout, un moteur deux litres de 120 ch plus puissant remplace le 1,8. La Beta HPE 1,8 litre reste en production seulement pour le marché américain, avec l’installation du système visant à réduire les émissions : la puissance descend à 90 ch. Presque 1500 exemplaires sont exportés aux États-Unis.

En 1978, toute la gamme Beta connaît un nouveau restyling : la HPE arrive à sa troisième série. Les cylindrées des motorisations ne changent pas : le moteur deux litres perd 5 chevaux, sacrifiés sur l’autel de la réduction des consommations, tandis que la boîte de vitesse automatique à trois rapports est disponible sur demande. Dans cette série, les modifications les plus importantes concernent l’intérieur : le tableau de bord est entièrement redessiné, avec des instruments et des voyants plus lisibles ; les formes des sièges sont modifiées pour être plus confortables et anatomiques ; les revêtements sont également renouvelés. À l’extérieur, la calandre connaît elle aussi du changement : désormais, les doubles phares ronds ne sont plus positionnés sous le même verre. Le prix augmente, notamment en raison de la forte inflation de l’époque : coûtant 8 148 000 lires, la Beta HPE 1,6 fait partie des coupés 1,6 litre de production les plus raffinées et chères de l’époque.

Avec la quatrième série de 1981, la coupé familiale change de nom et devient la Beta H.P. Executive, pour souligner son caractère sportif renouvelé. L’inscription complète apparaît sur le nouveau bandeau satiné qui occupe la partie inférieure du hayon. Le moteur 1,6 ne subit pas de changement, tandis que le deux litres bénéficie du système d’injection électronique : il développe désormais 122 ch tout en réduisant encore les consommations. À l’extérieur, toutes les moulures deviennent noir mat et la calandre, comme dans toute la production Lancia, reprend le cadre chromé en trapèze avec la rayure centrale qui évoque l’écusson du radiateur des glorieux modèles du passé, notamment l’Aprilia et l’Aurelia. Comme dans la version coupé, les tissus recouvrant les sièges sont modifiés et la bande centrale arbore un motif à carreaux.

En 1983, un an avant la fin de la production de la Beta H.P. Executive, arrive la version plus puissance, qui se reconnaît au spoiler arrière en caoutchouc et au sigle 2.0 VX, pour Volumex : le compresseur volumétrique qui permet au moteur deux litres, avec un taux de compression abaissé à 7,5:1 pour supporter les hautes pressions de suralimentation, de développer 135 ch. 
Lancia choisit le compresseur volumétrique à la place de la turbine pour avoir une meilleure réactivité à bas régime. À l’époque, les motorisations turbo souffraient d’un retard d’alimentation tout en offrant une meilleure puissance à haut régime ; le compresseur volumétrique est quant à lui en mesure de répondre à l’accélération de manière immédiate et vigoureuse à tous les régimes. L’expérience acquise avec ce système incitera Lancia à choisir le deux litres Volumex pour sa voiture de course : la version routière pour l’homologation de la Lancia Rally et la version Groupe B de compétition, plus connue sous le nom de Lancia 037, qui remportera le Championnat du monde des voitures de sport avec une traction arrière à une époque où émergeaient les voitures de course turbo à traction intégrale.

La sportivité unique des innovantes Beta, d’abord HPE puis H.P. Executive, a marqué cette décennie particulière pour Lancia, caractérisée par un changement de propriétaire qui a permis d’élargir la production avec beaucoup plus de modèles que dans le passé : de la compacte Delta au fer de lance, la Gamma, elle aussi coupé. La Beta, au-delà des initiales (berline deux volumes, coupé, spider et HPE), est devenue une trois volumes avec la Trevi qui reste en production jusqu’en 1984.

De Estate à Executive, l’histoire ne s’arrête pas là. Le sigle HPE fait son retour et se transforme avec la troisième déclinaison du E : Electric. Le manifeste Pu+Ra devient la concept-car Pu+Ra HPE, la synthèse de ce que seront la technologie électrique et le design des futures Lancia. La concept-car reprend le sigle de l’innovante Beta HPE, mais également certains détails qui illustrent bien l’idée de sportivité unie à une fonctionnalité élégante. Parmi eux, la lunette arrière, avec ses lignes horizontales enveloppantes, repropose, dans une perspective contemporaine, la structure inspirée des stores vénitiens, caractéristique de la Lancia Beta HPE des années 70.

Restez informé des nouveautés, événements, approfondissements du monde Heritage.