L’univers de Heritage
Tout sur le département qui valorise le patrimoine historique d’Alfa Romeo, de Fiat, de Lancia et d’Abarth.
L’histoire de nos voitures et de nos marques
La passion pour les voitures classiques n’a pas de frontières, mais il existe certains lieux suspendus dans le temps qui préservent l’essence de cette passion : ceux de Heritage.
Centre Historique Fiat
Heritage HUB
Officine Classiche
Museo Alfa Romeo
Heritage Gallery
Heritage Point
Un univers fait de grands événements internationaux
Participer aux principaux événements du secteur est une occasion incontournable d’admirer de près les voitures légendaires qui ont marqué des générations de fans.
Derniers évènements:
Le Mans (FR) |
30 juin - 3 juillet 2022
Le Mans Classic 2022
L’ADN Alfa Romeo à l’ évocation de la célèbre course française.
Italie |
15-18 juin 2022
1000 Miglia
Un événement unique au monde.
Les histoires Heritage
Nous racontons un siècle de technique, de style, de compétition et de performance. Nous racontons notre histoire et la vôtre.
Les dernières histoires:
Les Abarth monoplaces record Pininfarina
La chasse aux records.
FIAT 126
La citadine polyglotte à grande longévité.
Alfa Romeo Alfetta
L’évolution de la berline sportive.
L’univers de Heritage est en constante évolution
Tenez-vous informés des dernières nouvelles, ne ratez pas les partenariats les plus récents et découvrez ce qui se passe en coulisse grâce aux anecdotes des employés.
Les dernières nouvelles
26 avril 2022
Heritage Hub accueille la conférence annuelle YES-Europe
E-Mobility Academy : dialogue ouvert entre étudiants universitaires et entrepreneurs.
26 novembre 2021
Une double célébration pour Lancia au Quirinal
115 ans de la marque et 60 ans de la Flaminia Presidenziale.
Découvrez nos clubs de marque et de modèle dans le monde
Utilisez notre locator pour trouver les clubs par marque et modèle les plus proches.
L’histoire de quatre grandes marques de l’automobile italienne
Des modèles les plus représentatifs aux personnalités qui ont multiplié les victoires et révolutionné le secteur, sans oublier les événements marquants, cette section raconte et célèbre les piliers d’Alfa Romeo, de Fiat, de Lancia et d’Abarth.
À partir aujourd’hui, votre passion peut compter sur une équipe d’excellence
Certificat d’origine, certificat d’authenticité, restauration. Pour préserver le charme intemporel de votre voiture.
La boutique du classique
Entrez dans un monde de passion. Une large gamme de produits proposés par Heritage pour nourrir votre amour éternel.
Back

Fiat 126

La citadine polyglotte à grande longévité.

La Fiat 126 a la tâche ardue de perpétuer le succès de la 500, en permettant à un public toujours plus large de se déplacer en ville et au-delà : agile et imbattable en termes de stationnement, elle maintient la tradition des Fiat abordables.


Prendre le relais de l’emblématique Fiat 500 n’est pas aussi simple que ça et la transition, comme il est de coutume chez Fiat, se produit par un fondu enchaîné. En effet, la Fiat 126 est présentée au Salon de l’automobile de Turin en 1972 en même temps que la dernière série de la 500, la R, qui restera en production pendant trois autres années : passé, présent et futur coexistent sur le stand du constructeur turinois.

Répéter le même succès est une tâche difficile, c’est pourquoi la direction de l’entreprise turinoise a prudemment décidé de ne pas révolutionner le plan de construction de la voiture, mais d’en moderniser l’aspect extérieur et d’en améliorer la sécurité, tout en conservant l’architecture mécanique. L’objectif est de créer une continuité entre les deux modèles, 500 et 126, en offrant les mêmes contenus tant appréciés du grand public : de la cylindrée aux dimensions compactes, de l’économie à l’usage au prix abordable.

Pour mettre la nouvelle citadine au goût du jour, les designers se sont inspirés des lignes nettes et carrées de la Fiat City Taxi, un projet de 1968 pour lequel Pio Manzù a envisagé un taxi sûr et moderne, créant ainsi un lien stylistique avec la récente Fiat 127, elle aussi née sous les coups de crayon du designer bergamasque.

La Fiat 126 est une bicorps dont l’extérieur ressemble à celui de la City Taxi, surtout à l’arrière. Avec ses deux portes et ses quatre places, elle se distingue de la voiture concept dessinée par Manzù principalement par ses phares rectangulaires modernes qui rappellent ceux de la 127. Mécaniquement, cependant, elle reprend le schéma technique de la très célèbre Fiat 500 : moteur bicylindre refroidi par air, en porte-à-faux à l’arrière. Une évolution donc, pas une révolution, avec le moteur bicylindre légèrement amélioré et la boîte de vitesses à quatre rapports plus confortable grâce à l’installation de synchroniseurs sur les trois derniers rapports.

Une sécurité accrue grâce au déplacement du réservoir d’essence, qui laisse plus de place pour les bagages dans le compartiment avant. Son emplacement, sous la banquette arrière, est plus central et protégé. Les nouvelles lignes extérieures, tout en gardant l’empattement de la 500, permettent de gagner un peu d’espace dans l’habitacle plus raffiné. L’accent a surtout été mis sur la sécurité : outre la nouvelle position du réservoir de carburant, la colonne de direction est quant à elle constituée de segments discontinus lui permettant de tomber et de ne pas réintégrer l’habitacle en cas de choc frontal.

À partir de janvier 1973, dans la lignée de la Topolino puis de la 500, la Fiat 126 est également proposée avec un toit ouvrant en toile. Début novembre 1976, les Fiat 126 « Personal » et « Personal 4 » font leurs débuts au Salon de l’automobile de Turin, reconnaissables à leurs pare-chocs en résine qui ne sont plus chromés, mais se prolongent stylistiquement sur les côtés dans les bandeaux en caoutchouc empruntés aux études des VES, véhicules expérimentaux à vocation sécuritaire. Dans l’habitacle, un volant nouveau et un tableau de bord redessiné et recouvert de moquette tout comme une grande partie de l’intérieur. Mise à jour également pour la mécanique, avec une suspension plus confortable, des freins plus efficaces et un alternateur à la place de la dynamo.

Fiat 126 - 1972
Fiat 126 - 1972
ENGINE
2 cylinders in line, rear, longitudinal, overhead valves, side camshaft 594 cm³
POWER
23 HP @ 4800 rpm
SPEED
over 105 km/h
WEIGHT
580 kg
DESIGN
Centro Stile Fiat
TYPE OF BODY
City car 2 doors

L’usine de Cassino a été achevée en 1972 pour produire la nouvelle citadine Fiat, mais elle ne le fera pas toute seule. La 126 est également construite dans d’autres établissements industriels italiens dont Termini Imerese et Desio, mais aussi en Pologne, où elle sera produite jusqu’en 2000.


La Fiat 126 est tout d’abord produite à l’usine de Cassino, dans la province de Frosinone, construite précisément en 1972 pour la nouvelle citadine. Afin d’étendre la production et de répondre aux nombreuses demandes du marché, Fiat désigne d’autres complexes : pour des modèles particuliers, avec conduite à droite ou toit ouvrant, une partie de la production est déplacée à Termini Imerese, dans la province de Palerme, une autre à Desio dans l’usine Autobianchi, qui a récemment rejoint la galaxie Fiat.

Mais dès 1973, une partie de la production a également lieu en Pologne, dans deux établissements de la Fabryka Samochodów Małolitrażowych (FSM : usine de production de véhicules de petite cylindrée) : Bielsko-Biała et Tychy. La production polonaise est principalement absorbée par le marché intérieur, mais à partir de mai 1985, toutes les 126 ont été produites dans des usines polonaises, y compris celles commercialisées en Italie, qui ont en effet pris le nouveau nom de « Fiat 126 - Made by FSM ». De plus, avec les composants produits en Pologne, l’usine Zastava en Yougoslavie assemble pour le marché intérieur la Zastava 126.

À partir de juillet 1977, la capacité du moteur est passée à 650 cm³ et quatre séries spéciales ont été créées en tant qu’évolution des aménagements Personal : tout d’abord Black et Silver puis Red et Brown, caractérisés par un habitacle plus raffiné, avec le revêtement des sièges au design écossais et des appuis-tête réglables. C’est en adoptant la version « en forme de sole » du moteur, comme par le passé pour la 500 Giardiniera et la Bianchina, que naît la 126 Bis, avec un hayon postérieur et un véritable compartiment à bagages. Il s’agit de la seule 126 qui requiert un refroidisseur d’eau pour refroidir le moteur.

Au cours de la dernière décennie, la 126 n’a été produite que pour le marché polonais sous le nom de 126P 650 « Maluch », à savoir « la petite ». La mécanique est mise en conformité avec la réglementation écologique par l’adoption de l’injection de carburant et d’un convertisseur catalytique, tandis que de légères modifications sont apportées à l’intérieur plutôt qu’à la carrosserie. La production s’arrête en 2000 après plus de 1 350 000 exemplaires construits en Italie et plus de 3 318 000 voitures produites en Pologne.

L’Heritage HUB de Turin conserve l’alpha et l’oméga de la glorieuse citadine : le premier exemplaire produit à Cassino – exposé pendant de nombreuses années à l’entrée de l’établissement – qui se distingue par quelques caractéristiques esthétiques et techniques, telles que le numéro de châssis « provisoire » et l’emplacement différent de la prise d’air du moteur par rapport aux voitures de série standard ; et la dernière Maluch produite à Tychy, établissement devenu propriété de Fiat et utilisé aujourd’hui par Stellantis pour la production de 500. La continuité entre la Fiat 500 et la 126 se poursuit idéalement aujourd’hui.

Regardez la vidéo

Restez informé des nouveautés, événements, approfondissements du monde Heritage.